SOCIO-ESTHETIQUE A L’ESAT DU HAMEAU A PAU

 In Socio esthétique

Socio-esthétique et handicap à l‘ESAT du Hameau à Pau.

Marie-Anne CONORGUES, Socio-esthéticienne, nous parle aujourd’hui de ses interventions auprès d’ouvrier(e)s en situation de handicapé à l’Esat du Hameau.

Ses interventions se déroulent après prescription de l’équipe et notamment des psychologues.

Une vraie démarche « en soins esthétiques » intégrée dans le projet personnalisé de la personne bénéficiaire.

Les interventions se déroulent en prise en charge individuelle. La mise en place de cette approche de médiation psycho-corporelle consiste à accompagner des troubles de l’image de soi, des situations d’anxiété ou des difficultés de relation aux autres.

Quelquefois, les parcours de vie chaotiques et/ou le handicap, confrontent les personnes à des situations de maltraitance : verbale ou physique. L’approche par les soins esthétiques permet d’introduire une approche par un toucher bienveillant, une activité axée sur le plaisir et sur la sensorialité.

Parfois l’approche corporelle est impossible et c’est pour cela que ce type d’intervention se réalise également en « auto-soins » au travers d’une démarche éducative. Cela permet à la personne de « faire » avant de pouvoir accorder sa confiance à la Socio-esthéticienne qui pourra à son tour réaliser les soins esthétiques.

Les soins esthétiques ne sont pas une finalité mais bien un moyen pour entrer avec la personne et un prétexte à la rencontre.

« Activité singulière » basée sur l’esthétique et sur l’apparence, activité qui a pour vocation d’attirer la curiosité des personnes handicapées.

Socio-esthétique Esat du Hameau à Pau               Socio-esthétique Esat du Hameau à Pau                 Fiche de suivi Socio-esthétique

Un grand merci à Jérôme Rézay, médecin psychiatre de l’Entre Temps et de l’ESAT d’avoir fait le lien puis à Isabelle David d’avoir organisé l’arrivée de Marie-Anne au sein de cette structure.

De nouvelles aventures en perspectives pour 2018 sur le chemin du handicap.

A partir de 2019, des activités collectives vont venir enrichir les interventions individuelles. Les ateliers vont permettre ainsi de toucher plus de personnes . Le « collectif » va aussi renforcer le travail en groupe et favoriser la « vie sociale ».

Des thématiques en cours de construction et adaptées aux besoins repérés sur le terrain : problématiques économiques, déficits d’hygiène corporelle, difficultés à « prendre soin » de soi, etc.

« Car il ne faut pas oublier que la socio-esthétique fait partie intégrante d’une démarche d’éducation à la santé ».

 

Derniers articles

Start typing and press Enter to search